• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 26 mars 2008
( 26 mars, 2008 )

Les Français sont-ils devenus nombrilistes ?

Il est certains pays qui cultivent leur pluralité, il en est d’autre qui préfèrent l’uniformité du moins en apparence. Un exemple en est le japon ou l’individualisme n’existe que très peu, ou les façons de faire sont très importantes mais ou la communauté est une priorité. Il est des pays ou les devoirs sont définis, ou l’enfant trouve occupe une place centrale et ou le devoir de chacun est de lui apporter protection et de contribuer à le faire vivre. Il est des pays aux grands paradoxes ou l’on peut trouver tout et son contraire selon la région ou l’on se trouve. Ou se situe la France ? Notre pays est souvent qualifié de dinosaure par son immuabilité dans certains domaines, il est des évidences que l’on ne peut ignorer, nous sommes un pays de gens centrés sur eux même. Oui le français est nombrîliste et par la même son discours est souvent contradictoire, il est variable et change d’idées en fonction de sa petite personne. On peut s’en défendre mais il suffit d’un peu d’observation pour déterminer que le français n’est réellement concerné que par ce qui le touche personnellement.

Nous voulons bien que cela change, nous sommes tous prêts à tout remettre en question mais pour le voisin, pas pour nous. Nous avons la critique facile, nous avons souvent l’humeur bougonne, nous sommes rarement satisfait de notre sort même lorsque l’on nous démontre qu’il est plutôt enviable. Entre deux versions l’une très réaliste mais devant nous demander des concessions et l’autre totalement fantaisiste mais ne changeant rien pour notre personne , le choix est vite fait.

Il fut un temps mais il est très lointain ou les parents se préoccupaient de ce qu’ils allaient laisser aux générations futures, ce temps la est bien révolu et la génération suivante payera sûrement la facture de notre égoïsme à ne pas vouloir faire des efforts. Nous avons enfoui le réalisme et les responsabilités sous un grand manteau d’aisance et de facilitée. Peut-être peut-on penser que ce discours ne peut provenir que de quelqu’un de nanti et n’étant pas au fait des difficultés que rencontrent les français dans leur vie quotidienne. Ce discours est celui au contraire de quelqu’un qui les a toutes connues et qui en connaît encore, mais qui demeure lucide. Si chaque personne avait conscience de ce qui attend nos enfants et des problèmes communs qu’ils vont avoir à régler, plus personne ne souhaiterait la place des dirigeants de notre pays tant la tâche va être ardue.

Si nous ne changeons rien, un jour, ils perdront tout et nous aurons beau essayer de rejeter la faute sur les autres, nous n’en seront pas moins nous aussi responsables.

N.L

|