• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 21 mars 2008
( 21 mars, 2008 )

Le progrés est-il un frein à l’utilisation de l’intelligence?

Cette réflexion au sujet du progrés et de sa possibilité de réduire les capacités des personnes à faire fonctionner leur intelligence provient de mes observations des techniques des construction des architectes egyptiens.

Nous parlons la d’un peuple qui avec des connaissances de bases en mathématiques a réussit à batir des monument comme la pyramide de Kéops , d’un niveau de précision qu’il serait difficile d’obtenir à l’heure actuelle, même avec tous les moyens sophistiqués de mesure ou de construction dont on dispose.

Les mathématiques en Egypte Antique étaient fondées sur un système décimal, chaque puissance de dix étant écrite sous forme hiéroplyphique, ils ne connaissaient pas le zéro.

ils utilisaient un système de fractions unitaires Le progrés est-il un frein à l'utilisation de l'intelligence?  dans Philosophie de clavier 180px-Oudjat.SVG

Ils utilisaient le triangle 3,4,5 pour tracer leurs angles droits

200px-Rtriangle-mathsinegypt.svg dans Philosophie de clavierIls calculaient des aires en utilisant une aproximation fractionnaire de pi et savaient également calculer des volumes.

Avec ces connaissances que l’on pourrait qualifier de rudimentaires bien qu’étant assez poitues pour l’époque, les architectes egyptiens ont été capables d’ériger des momuments qui ont résistés au temps et sont encore aujourd’hui d’une soliditée parfaite.

Ces hommes puisaient leur savoir partout dans l’observation de la nature. L’eau pour vérifier l aplanissement parfait d’une surface, le ciel pour déterminer les points cardinaux et l orientation de leurs monuments, les angles naturels que l on trouve par exemple lorsque l’on fait couler du sable et que cela forme une pyramide.

Les constructions des egyptiens sont à ce jour un mystère que même les ingénieurs les plus performants ont du mal à comprendre, les utilisations de certaines techniques ne sont qu’hypothèses car les scientifiques avouent avoir du mal à récréer la même perfection et cela même avec une haute technologie ?

Qu’avaient les architectes Egyptiens que n’ont pas ceux de notre époque?  Penser qu’ils étaient plus intelligents seraient assez réducteur, mais on peut peut être envisager qu’ils n’avaient aucunes limites dans leur expérimentation, que la recherche de la perfection était soutenue et même encouragée, que les barrières qu’élèvent aujourd’hui l’aprentissage académique selon un modèle précis n’existaient pas et qu’a la place de la technologie de pointe, ils devaient utiliser leur réflexion et leur intelligence.

Les egyptiens était un peuple qui avait aussi compris que tout repose sur l’organisation et le partage des compétances. Si l’on envisage cela, il conviendra de réfléchir à l’impact du progrés sur la capacitée d’une société à faire preuve d’organisation, de recherche, d’utilisation des compétances et des facultés cognitives de chacun.

N.M

 

12
Page Suivante »
|